De dégueu à fabuleux : alternatives écologiques pour processus naturel

Dans le cadre de la série « Histoires de filles » développée en collaboration avec Les Trappeuses, voici mon article sur les alternatives écologiques aux produits d’hygiène standards. Vous y retrouverez donc le ton utilisé sur Les Trappeuses et des références aux autres collaboratrices du blogue!

***

Greener periods
Marie vous parlait l’autre jour des impacts pas toujours jo-jo qu’ont les produits que nous utilisons chaque mois pendant nos menstruations. Qu’on pense à la quantité hallucinante de déchets découlant de la lucrative industrie des tampons et serviettes jetables ou aux différents impacts que ces derniers peuvent avoir sur la santé des femmes, il est clair qu’il y a matière à réflexion… et à amélioration!

Eh non. Ce n'est pas parce que l'emballage est vert et fleuri que le contenu l'est...

Ne-non. Ce n’est pas parce que l’emballage est vert que le contenu l’est…

Malheureusement, marketing et obsession de l’hygiène se sont conjugués pour convaincre tout le monde que du sang menstruel, c’est sale. Et ce, même pour celles qui le produisent : on ne veut pas le voir, surtout pas le toucher, et il faut s’en débarrasser le plus rapidement possible. Et comme l’information sur les alternatives écologiques circule peu, les produits jetables règnent chaque mois dans presque toutes les salles de bain d’Occident.


*Un mot d’abord sur l’utilisation du féminin dans cet article : nous l’utilisons par commodité et parce que les menstruations sont généralement associées au sexe féminin (female/femelle), mais nous sommes conscientes que ce processus n’est pas un marqueur de féminité et qu’il n’est pas associé exclusivement au genre féminin (woman/femme). Nous sommes sensibles à la réalité des personnes transgenres, intersexuées ou queer et nous présentons des solutions pour toutes les personnes qui doivent composer avec des menstruations. *

UPDATE : Les sous-vêtements Thinx offrent désormais des boxers pensés pour les hommes trans aux prises avec des règles.


Si, comme nous, vous préféreriez vous passer de coton bleaché en contact avec vos sensibles muqueuses et de la montagne de déchets qui vient avec ces produits mainstream, voici quelques alternatives écologiques, beaucoup moins nocives pour la santé, l’environnement et pas mal plus confortables. En plus, vous sauverez des sous! Je vous les présente en commençant par les moins écologiques (qui restent pas mal mieux que les produits standards!) jusqu’aux championnes du zéro déchet, le tout accompagné de quelques commentaires tirés de nos discussions de Trappeuses!

Les tampons et serviettes sanitaires en coton biologique

Bon, on reste dans le jetable ici, mais choisir des produits faits de coton biologique est déjà un geste important en faveur de l’environnement et de votre santé. Non seulement vous vous épargnerez les fibres synthétiques, le chlore, les parfums et le plastique, mais vous encouragerez aussi une culture sans pesticide ni engrais chimique. Et comme le coton est l’une des cultures utilisant le plus de pesticides, c’est un geste important. En plus, il paraîtrait que la principale incriminée lorsqu’on parle de syndrome de choc toxique soit la rayonne, une fibre synthétique utilisée pour sa grande capacité d’absorption. Alors pas de ça dans les produits 100% coton bio!

La marque principale dans ce créneau est Natracare, vendue entre autres dans les Loblaws et Métro.

L’éponge de mer

spongebobVous avez bien lu. Sur le même principe qu’un tampon, l’éponge de mer est une protection interne absorbante. Complètement naturelle, elle est beaucoup plus douce pour vos muqueuses (ne laissant pas de fibres, entre autres!), elle absorbe le sang, se lave et se réutilise pendant 6 à 10 cycles si elles sont bien entretenues. Il faut bien entendu les nettoyer correctement en les faisant tremper dans l’eau chaude avec soit de l’huile essentielle de melaleuca (tea tree), du bicarbonate de soude, du vinaigre ou du peroxyde. Toutes les instructions nécessaires à l’utilisation et au nettoyage des éponges de mer viennent avec le produit.

C’est probablement la plus méconnue des alternatives disponibles, et nous ne faisons pas exception, nous la connaissons un peu moins. D’ailleurs, seulement Mariane l’a testée et elle a quand même bien aimé son expérience. Par contre, petit conseil :

« Ça fonctionne vraiment bien, mais je conseille d’attacher un fil après… Pas drôle d’essayer de sortir une éponge de son hooha quand c’est rond et que ça a la même texture que l’entrée du vagin! » – Mariane

Vous voilà averties! PS: C’est une très bonne alternative pour celles qui éprouvent des fuites avec leur coupe menstruelle. Elles peuvent être commandées en ligne de Jade and Pearl et se trouve dans certaines boutiques écologiques, comme l’Écoboutik à Québec.

Les serviettes lavables

Les couches lavables pour les bébés sont de plus en plus connues et utilisées, mais on entend moins parler de leurs cousines les serviettes sanitaires. Et pourtant! C’est mille fois plus confortable que des serviettes jetables : l’humidité ne s’y installe pas et le tissu est doux. En bonus : pas de bruit pas-du-tout-discret d’emballage de plastique à ouvrir ou de serviette à décoller de ses sous-vêtements…

« C’est juste incomparable niveau confort! J’ai même tendance à oublier de les changer parce que j’oublie qu’elles existent… » – Moi

serviettes-okoLes serviettes lavables ont une durée de vie de minimum 5 ans (une conseillère me disait qu’elle avait les mêmes depuis près de 10 ans et qu’elles étaient encore en « parfaite » condition!), donc même si elles peuvent paraître chères à l’achat, c’est un investissement qui en vaut vraiment la peine, même sur le plan purement économique. Elles se présentent généralement sous la forme de serviettes de coton bio ou non blanchi, de bambou ou de chanvre, doublées d’un tissu plus imperméable pour éviter les fuites, et pourvues d’ailes qui s’attachent avec un bouton-pression pour rester bien en place. Il en existe de tous les formats, du protège-dessous pour tangas (le fameux g-string!) aux serviettes maxi ultra-longues. Et elles sont généralement décorées de jolis motifs (pourquoi pas!). Plusieurs compagnies québécoises fabriquent – souvent à la main – de jolies protections lavables. On peut entre autres penser aux serviettes Bummies (coton bio), à celles des Collections Bon-Zay (coton bio) ou à celles d’Öko créations – mes préférées personnellement, parce qu’elles sont en chanvre. Le chanvre est une culture beaucoup moins exigeante et plus susceptible d’être pratiquée au Québec que celle du coton, et le textile est encore plus absorbant et résistant en plus d’être bactéricide et fongicide.

Le désavantage des serviettes lavables est bien sûr… qu’il faut les laver! La première étape est celle de rincer votre serviette À L’EAU FROIDE (l’eau chaude cuira la tache!) pour retirer le « plus gros ». S’il reste encore quelques jours avant votre brassée, vous avez le choix de soit les laisser sécher jusque là, soit les faire tremper dans de l’eau froide, en prenant soin de changer l’eau tous les jours (vous pouvez aussi y ajouter un peu de bicarbonate de soude!). Par contre, un trempage prolongé pourrait favoriser l’apparition de moisissures, alors attention tout de même.

Vous pouvez utiliser sans problème le même savon à lessive que vous utilisez normalement, mais si vous avez du savon spécial pour les couches lavables c’est encore mieux, puisque ce savon laisse moins de résidus et protège davantage la capacité d’absorption des serviettes. Il suffit ensuite de les faire sécher à plat, de les suspendre (le soleil aide à faire partir les taches, si vous n’êtes pas gênées d’exposer les dessous de vos dessous!), ou de le passer à la sécheuse si vous ne vous souciez pas que vos serviettes rapetissent un peu.serviettes lavables

Astuces :

1- Vous pouvez utiliser un détachant pour aider à faire partir les traces de sang. Nous vous conseillons le Madame Blancheville de la Savonnerie des Diligences et le très efficace Détache-sang de chez Lemieux, spécialement conçu pour briser les protéines de sang.

2- Les protège-dessous lavables sont un bon complément à la coupe menstruelle (ci-dessous), soit pour parer les fuites potentielles ou pour les journées où ça ne vaut pas vraiment la peine d’utiliser la coupe… Le lavage est aussi moins intense si vous n’utilisez les serviettes que dans ces circonstances.

La fameuse coupe menstruelle

On en arrive à parler de la championne côté écologique et économique : la coupe menstruelle! Louangée par plusieurs, complètement inconnues de beaucoup d’autres, c’est notre alternative préférée (Les Trappeuses en ont toutes une!). Mais qu’est-ce que c’est?

Coupe-menstruelle-2

La coupe menstruelle est, comme son nom l’indique, une petite coupole, faite de silicone médical ou de caoutchouc naturel, qui s’insère dans le vagin et recueille le sang au lieu de l’absorber. Il suffit de la vider (entre 2 et 4 fois par jour selon votre flux – certaines ne le font qu’une seule fois aux 24 heures), de la rincer et de la réinsérer! Elle peut être gardée pendant la nuit. Au Québec, le marché est dominé par la DivaCup, qui se trouve dans pas mal toutes les pharmacies (vous ne l’avez probablement juste pas remarquée!). Même le Elle Québec du mois de mai en faisait la publicité! Je n’en revenais pas!

2015-05-08 10.53.35Comme elle n’est pas absorbante, la coupe menstruelle ne dérange pas votre délicate flore vaginale  (Mariane nous a confié ne plus faire d’infections vaginales depuis qu’elle a troqué les tampons pour la coupe!) et n’est pas dangereuse pour le syndrome de choc toxique. Elle coûte entre 30 et 45$ selon les marques et les spéciaux et doit être changée après 1 an, selon la compagnie, mais si elle est bien entretenue elle peut même durer jusqu’à 5 ou 10 ans (selon votre tolérance psychologique, haha!).

L’entretien est facile. Vous pouvez utiliser le nettoyant spécial qui est vendu par la marque DivaCup (le silicone peut être abîmé par certains nettoyants et produits), mais vous pouvez aussi simplement la rincer ou utiliser un savon très doux et non parfumé. Pensez seulement que ça retourne à l’intérieur de vous, donc le produit que vous aurez utilisé dessus aussi, et que le savon peut, à la longue, assécher le silicone et le faire craquer ou jaunir. Finalement, il est conseillé de la stériliser en la faisant bouillir 10 minutes une fois par mois, juste avant ou après votre cycle.

Quoi faire quand on doit vider notre cup et qu’on n’est pas chez soi? C’est moins compliqué que ça le semble. Il suffit de la vider dans la toilette comme normalement et, si vous ne pouvez pas la rincer tout de suite, vous pouvez juste l’essuyer avec du papier de toilette.

Les avantages :

Les fuites sont rares* (principalement dues à un mauvais positionnement ou à l’utilisation de la mauvaise grandeur de coupe); la coupe peut être gardée sans problème pendant 12 heures consécutives sans la vider (selon votre flux); il s’agit d’une option très écologique et économique; elle est confortable au point où on oublie carrément qu’on a nos menstruations (à moins d’avoir des crampes!) jusqu’au moment de la vider (le danger est presque d’oublier de la vider, haha!); elle n’abîme pas la flore vaginale. De plus, on se rend compte en l’utilisant qu’on perd beaucoup moins de sang qu’on pense par mois (on voit vraiment la quantité dans la petite coupe, qui est même graduée) et, au risque de sonner ésotérico-grano, c’est un peu une façon de « reconnecter » avec notre corps et avec nos règles si on veut. Personnellement, depuis que je m’y suis mise, j’ai vraiment fait la paix avec mon sang menstruel, que je ne trouve plus dégueu, et je suis davantage consciente de mon cycle. En général, la majorité des filles qui essaient la cup ne voudraient JAMAIS revenir en arrière.

*Ceci dit, nous sommes quand même nombreuses à avoir expérimenté des petites fuites (d’où l’intérêt d’utiliser aussi un protège-dessous lavable). C’est en partie dû à une méconnaissance de notre propre physiologie, à une mauvaise insertion:

« À 30 ans, je connaissais encore mal mon vagin (HAHAHAH! Ishhh.)… Pour éviter les fuites, je place maintenant la coupe un peu en angle. » – Audrey

Selon Justine, un truc pour éviter les fuites est d’effectuer la « danse de la cup » : se tortiller le bassin et contracter ses muscles après avoir inséré la coupe menstruelle. Parce que parfois, elle n’est juste pas bien en place. Pensez quand même à fermer la porte de la salle de bain avant, hehe. 😉

Ça peut aussi être une question de physionomie:

« Ma coupe coule toujours un peu, peu importe le modèle. Est-ce que j’ai le vagin weird? » – Mariane

En effet, la physionomie du vagin varie d’une femme à l’autre et il se peut que la coupe que vous avez essayée (fermeté, longueur, diamètre) n’ait pas la bonne forme pour vous. Heureusement, les compagnies de coupes sont conscientes de cela et l’offre est assez variée. Donc, n’hésitez pas à surfer sur le net (ce guide vous aidera grandement!) pour vous commander une cup d’une autre marque.

Les désavantages :

La coupe menstruelle demande un certain temps d’adaptation, le temps de bien comprendre comment la mettre et se sentir confortable. Donnez-lui au moins 3 cycles d’essai avant de renoncer – les utilisatrices sont unanimes là-dessus. Ensuite, si vous avez une peur bleue du sang ou un dégoût profond, la coupe n’est probablement pas pour vous, parce que oui, vous risquez d’en avoir sur les doigts en mettant ou retirant votre coupe. Ça me dégoûtait au début, mais on se rend vite compte que c’est naturel et qu’il n’y a rien là. Finalement, il reste que la coupe menstruelle n’est pas pour tout le monde. Si vous n’aimez vraiment pas ça (après 3 cycles d’essai, je le rappelle!), ne vous forcez pas à l’utiliser parce que c’est écolo! Vous avez d’autres options! PAR CONTRE, si vous vous dites que la coupe n’est sûrement pas pour vous parce que vous détestez les tampons, je vous arrête tout de suite. Ça n’a rien à voir! Je n’ai presque jamais utilisé de tampons dans ma vie parce que je n’aimais pas ça du tout, mais j’adore ma DivaCup.

« ARKE JE DÉTESTE LES TAMPONS. Je [ne] sais pas comment je les ai laissés aussi longtemps agresser ma flore. VIVA LA CUP! » – Justine

Finalement, on ne peut passer sous silence la fameuse vidéo de MadmoiZelle, qui résume très bien la chose :

Autres pistes à explorer et avantages insoupçonnés

tips-for-a-happy-and-healthy-vaginaEn faisant des recherches sur les alternatives écologiques aux produits d’hygiène féminine jetables, j’ai aussi croisé la route de la SoftCup, un genre de coupe menstruelle molle, qui ressemble un peu à un diaphragme et les Thinx, de jolis sous-vêtements qui servent EN MÊME TEMPS de serviette sanitaire (!). *Thinx fabrique aussi depuis peu des boxers pour les hommes trans aux prises avec des règles. On est impressionnées, bravo!* Certaines femmes parlent aussi de la technique de la contraction du plancher pelvien : elles arrivent à « se retenir » (comme se retenir de faire pipi) jusqu’à ce qu’elles aillent aux toilettes. Peut-être pas pour tout le monde, mais pourquoi ne pas essayer?

En conclusion, les alternatives écologiques sont nombreuses et existent depuis des décennies, voire beaucoup plus (eh non, Tampax n’existait pas au temps des Romains!). En plus d’être beaucoup beaucoup plus douces sur l’environnement, sur votre santé et sur votre portefeuille, elles sont beaucoup plus confortables. Parmi les avantages découverts lors de nos expérimentations hautement scientifiques *hmm hmm*, soulignons qu’il y a beaucoup moins d’odeurs avec les protections réutilisables (surtout la cup!), parce que ces odeurs sont en fait dues à l’oxydation du sang et à l’humidité qui s’installe avec les serviettes jetables. De plus, l’utilisation de la coupe ou de l’éponge (sans corde) est tellement discrète que vous pourrez même vous laisser aller à un épisode de câlins et autres gâteries (si vous êtes dans le mood évidemment). Finalement, soulignons l’utilité des options réutilisables (encore une fois, particulièrement de la coupe menstruelle) pour toutes les globetrotteuses de ce monde. Ça prend moins de place dans les bagages, pas de stress pour trouver un endroit qui vend des protections, ni pour trouver une poubelle… En fait, celle qui m’a fait découvrir l’existence de la DivaCup (merci S.!) l’avait d’abord achetée pour un séjour de 4 mois en Inde. Pratique!

Fini ces situations!

Fini ce genre de situation désagréable!

Sans vouloir exagérer, je vous assure que je redoute beaucoup moins l’arrivée de mes menstruations depuis que j’ai choisi d’utiliser des alternatives écologiques. Je reste confortable et au sec pendant toute la semaine et j’oublie presque que j’ai mes règles. Surtout, j’ai la conscience plus légère en contribuant moins à remplir les dépotoirs.

Alors, vous faites un essai? Donnez-nous vos commentaires et vos suggestions, si vous connaissez d’autres alternatives!

Crédits photo :

http://www.wmag-bien-etre.fr/les-vetements-bio-pour-votre-bien-etre/

http://www.bob-l-eponge.info/

https://unemamanhyperactive.wordpress.com/2014/04/01/banc-dessai-les-serviettes-hygieniques-lavables/

http://blog.biokime.com/general/serviette-hygienique-en-tissus-bio-ecobibi-1660

https://stephaniedunn86.wordpress.com/2015/02/01/period-cups-and-vaginas-oh-my/

http://www.buzzfeed.com/skarlan/25-gifs-that-perfectly-sum-up-having-your-period#.nbp7ZMADv4

 

Sources :

La gentille conseillère de l’Écoboutik Charlesbourg

http://www.assoquebecequitable.org/portfolio-view/filiere-du-coton/

http://www.natracare.com/p683/fr-FR/Sant%C3%A9/TSS.aspx

http://www.natracare.com/fr-FR/

http://raffa.grandmenage.info/post/2006/04/02/Rien_que_pour_les_filles___les_r%C3%A8gles_et_l_%C3%A9cologie

http://boutiquebummis.com/

http://lescollectionsbonzay.com/fr/

http://okocreations.ca/

http://divacup.com/fr/la-difference-diva/the-divacup/

http://softcup.com/

http://www.theguardian.com/sustainable-business/2015/apr/27/disposable-tampons-arent-sustainable-but-do-women-want-to-talk-about-it

http://wellnessmama.com/25415/problem-with-pads-tampons/

http://www.mademoiselleamontreal.com/2011/02/aujourdhui-jai-decouvert-la-diva-cup.html

http://www.madmoizelle.com/pourquoi-passer-cup-coupe-menstruelle-196951

Partagez!

2 réflexions au sujet de « De dégueu à fabuleux : alternatives écologiques pour processus naturel »

  1. Merci infiniment pour cet article bien écrit, je suis nouvelle avec les serviettes hygiéniques lavables et je commençais à me demander dans quoi je m’embarquais, en essayant de faire partir ces taches tenaces… Je vais acheter le savon Blancheville de ce pas ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *