Dieu du ciel!

J’aime manger des légumes, des grains entiers, des noix et autres légumineuses, et je suis plus que convaincue qu’il est important de bien s’alimenter. Toutefois, les dogmes et les règles trop rigides ne mènent à rien d’autre que des frustrations dans le domaine culinaire. Qu’est-ce que je veux dire? Que lorsque j’ai envie d’un dessert bien riche, de nachos ou d’alcool, je ne m’en prive pas. Il suffit d’en consommer avec modération.

Je suis d’ailleurs connue dans mon entourage pour mon amour de la bière. Et celle-ci n’est d’ailleurs pas aussi mauvaise pour la santé qu’on a tendance à le croire. Bien sûr, en trop grande quantité, l’alcool n’est pas bon pour la santé, mais consommé avec modération, il aurait plutôt des effets bénéfiques. Tout comme le vin, la bière peut prévenir des problèmes cardiovasculaires. Il s’agit également d’une source de vitamines et de minéraux, et les antioxydants qu’elle contient peuvent même diminuer le risque de caries! En ce qui concerne les calories, la bière n’en contient généralement pas plus qu’un verre de lait (tout dépendant du type de bière), sans en contenir les gras. (Pour en savoir plus sur les liens entre bière et santé, je vous suggère de feuilleter le très intéressant Les saveurs gastronomiques de la bière, de David Lévesque Gendron et Martin Thibault.)

Vermont Pub & Brewery (Curacao Wit et Burly Irish Ale) - Copie

The Vermont Pub & Brewery à Burlington

Le milieu brassicole québécois est en pleine expansion et regorge de créativité. De merveilleux produits sont facilement accessibles (pour les lecteurs qui habitent Québec, faites un tour à la Duchesse d’Aiguillon (rue St-Jean) ou au Monde des bières (Marie-de-l’Incarnation)). Ainsi, quand je voyage dans une autre ville, j’essaie la plupart du temps de visiter une nouvelle microbrasserie. Il m’arrive même de faire des voyages principalement motivés par la bière (!), comme il m’est arrivé de le faire au Vermont, à Sherbrooke et à Shawinigan.

Le castor - Stout à l'avoine - Copie

Stout à l’avoine biologique de la micro
Le Castor (Rigaud)

Ainsi, et bien que la ligne de pensée derrière Cuit l’eût cru soit davantage axée sur la santé, je veux en profiter pour présenter des artisans d’ici, des produits québécois. Le plaisir fait partie d’une vie équilibrée, et lorsqu’il encourage l’économie locale ou régionale, c’est encore mieux! Il est d’ailleurs possible de retrouver des bières sans gluten ou biologiques si ça vous intéresse! Je ferai probablement quelques écarts pour présenter des bières d’ailleurs, mais l’accent sera mis sur la Belle Province.

Commençons donc cette exploration du milieu brassicole en parlant de LA microbrasserie québécoise par excellence, c’est-à-dire la plus reconnue à l’étranger, celle qui influence le plus son milieu et qui offre une quantité impressionnante de produits sans fautes : Dieu du ciel! Cette microbrasserie est située à Montréal et a aussi pignon sur rue à St-Jérôme. Honnêtement, vous pourriez goûter n’importe quel produit et il serait certainement bon.

Dieu du ciel! 2 - CopiePar une (très) chaude journée d’été, je me suis arrêtée sur la terrasse de Dieu du ciel! pour déguster leurs produits en fût (ce qui m’a motivée à faire un détour par St-Jérôme). La Rescousse m’a rafraîchie immédiatement. La vente de cette rousse plutôt amère rapporte d’ailleurs des sous pour la préservation de la faune du Québec, ce qui est une excellente excuse (si besoin est). La Rosée d’hibiscus est un produit phare de la microbrasserie, avec sa couleur rosée caractéristique et son doux parfum floral. C’est toujours un régal. La Blanche du paradis est l’une de mes préférées, avec ses arômes de coriandre et d’agrume et son corps rond et léger. L’Herbe à détourne est plus surprenante. Cette triple, forte en alcool (10.2%), offre une amertume soutenue grâce à l’utilisation abondante de houblon américain, ainsi qu’un profil plus exotique rappelant la mangue.

Après m’être bien rafraîchie, j’étais prête à m’attaquer à des bières un peu plus costaudes. La Déesse nocturne, malgré sa couleur typique des stouts, est somme toute peu sucrée, voire amère, et offre un profil surtout rôti. Finalement, la Péché mortel est la bière la plus connue à l’international et elle le mérite. Cette Imperial stout est brassée avec du café (équitable!) et se savoure à petites gorgées (9.5% d’alcool tout de même).

Beaucoup de produits de Dieu du ciel! se trouvent facilement en bouteille, quoique certaines soient saisonnières et n’apparaissent donc sur les étalages que quelques semaines par année. Vous verrez, le goût de la bière est loin de se résumer à celui de la Bud ou de la Coors Light…

Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *