L’Amère à boire

Montréal est une ville où l’on retrouve de nombreux artisans du milieu brassicole. À chaque fois que j’y passe, j’essaie de faire un tour à une microbrasserie où je ne suis jamais allée avant. Ainsi, à mon dernier passage dans la métropole, j’en ai profité pour enfin goûter les bières de L’Amère à boire, une microbrasserie réputée dont on ne retrouve les bières qu’en fût, sur place, rue St-Denis.

Après avoir fait le plein de vitamines en mangeant un énorme bol de légumes colorés et de tofu grillé Aux Vivres – un délicieux resto végétalien sur le boulevard St-Laurent – je me suis donc attablée dans la salle presque vide de la brasserie (les autres clients remplissaient la terrasse – c’était une belle journée ensoleillée). Devant l’impressionnante carte des bières, j’ai écouté les recommandations du brasseur. Ma commande? Le plateau de dégustation.

L'Amère à boire 2 - CopieQuelles belles nuances, n’est-ce pas? (Heureusement, je n’étais pas seule pour boire toutes ces merveilles.) Ainsi, de droite à gauche, c’est-à-dire de la plus pâle à la plus foncée (comme il se doit dans une dégustation), nous avons pu goûter :

  • Hefe Weizen – blanche aux flaveurs de clou de girofle
  • Cerna Hora – lager de type tchèque toute en délicatesse
  • L'Amère à boire 3 - CopieL’Amère à boire – pale ale florale et très amère, comme on peut s’y attendre
  • Vollbier – lager allemande caramélisée
  • Fin de siècle – ale de type britannique assez amère aussi, mais plus fruitée que florale
  • Celebratus – weizenbock aux parfums de pain aux bananes épicé
  • Odense Porter – porter d’inspiration danoise au goût subtilement fumé et profond
  • Stout Impérial – arômes chocolatés et de café, comme toute bonne imperial stout

Il va sans dire que la qualité de la bière était excellente. J’ai particulièrement apprécié de me laisser surprendre par des arômes inattendus. Mes favorites? L’Hefe Weizen, la Cerna Hora et l’Odense Porter. Dommage qu’on ne puisse pas retrouver ces bières en bouteille. Et j’attends impatiemment ma prochaine visite à Montréal pour découvrir une nouvelle micro – ça n’ira malheureusement peut-être qu’en mars, à l’occasion du spectacle du plus-que-merveilleux pianiste allemand Nils Frahm, que je vous invite vivement à aller écouter sur YouTube.

Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *