Le défi végane + un bol

Bol et sauce fruitée (4)Non non, ce n’est pas écrit « ras-le-bol »! Le Défi végane 21 jours, organisé par le Festival végane de Montréal et auquel je participais, s’est terminé ce dimanche. Je vous fais un rapide survol de comment ça s’est passé, de ce que j’ai trouvé facile ou difficile, et je vous laisse ensuite sur une recette passe-partout que j’ai appris à apprécier davantage pendant ces trois semaines sans produit d’origine animale.

Tout d’abord, clarifions les termes. Vous savez déjà que je suis végétarienne : les végétariens ne consomment pas de chair animale, que ce soit d’un mammifère, un oiseau, un poisson, ni rien d’autre (on ne m’a jamais proposé du reptile, mais bon!). Viennent ensuite les végétaliens, c’est-à-dire ceux qui, en plus de ne pas manger la chair des animaux, ne mangent pas non plus leurs sous-produits : œufs, produits laitiers, miel et autres substances cachées dans les listes d’ingrédients (comme des bonnes chenilles écrasées pour faire du colorant rouge, communément appelé E124, Red 7, rouge cochenille, carmin, etc.). La plupart des recettes que je vous propose ici sont végétaliennes. Finalement, les véganes, en plus d’avoir une alimentation végétalienne, refusent toute forme d’exploitation des animaux, et évitent donc de porter du cuir, de la laine, de la fourrure, de la soie, d’utiliser de la cire d’abeille ou des cosmétiques testés sur les animaux, d’aller au zoo ou au cirque, etc.

Le Défi végane, malgré son nom, était surtout végétalien, au sens où il se concentrait sur l’alimentation. Les discussions plus larges sur l’éthique animale y trouvaient tout de même leur place (un groupe Facebook était créé pour les participant.e.s). Ces participantes d’ailleurs (je vais accorder au féminin, parce que les hommes étaient clairement en minorité!) provenaient de milieux très divers, de la gestion au travail social en passant par le marketing et l’enseignement. Et elles étaient très nombreuses. Alors NON, ce n’est pas vrai que ce n’est qu’une poignée d’étudiants d’anthropologie ou de philo qui sont intéressés par le véganisme ; les clichés ne tiennent pas la route.

Bol et sauce fruitée (2)Pour ces trois semaines sans produit animal, un guide de recettes était fourni, ainsi qu’une liste d’épicerie pour chaque semaine. De mon côté, je ne l’ai pas du tout suivi et j’ai plutôt fait les recettes qui me tentaient. Mon verdict sur le défi global? En ce qui concerne l’ensemble des participantes, je suis vraiment impressionnée du succès de l’initiative, et de voir que beaucoup de personnes, qui étaient omnivores et cherchaient seulement à diminuer leur consommation de viande, se sont prises au jeu et ont décidé de devenir carrément végétaliennes ou végétariennes. Les discussions étaient très intéressantes et argumentées, les suggestions de recettes étaient nombreuses et l’entraide était bien présente, avec beaucoup de respect. En ce qui me concerne moi personnellement, j’ai trouvé le défi plutôt facile puisque mon alimentation était déjà majoritairement végétalienne. J’ai dû toutefois éviter plusieurs produits que j’avais en stock dans le frigidaire et le garde-manger, et aller m’acheter de la végénaise pour remplacer la mayo, vider mon pot de sirop d’érable pour éviter le miel, etc. Dans tous les cas, j’ai clairement moins mangé de sucreries et autres « cochonneries », parce que presque toutes les formes de chocolat que j’avais chez moi contenaient un produit laitier quelconque (comme de l’huile de beurre?!). Heureusement, mes pépites de choco pour les biscuits sont véganes et j’aurais aussi pu me faire mon propre chocolat. (Parce qu’un défi 21 jours sans chocolat aurait été beaucoup beaucoup plus difficile! Haha) J’ai même réussi à convaincre mon copain de ne pas toucher au fromage pendant deux semaines. Et pour avoir le point de vue d’une omnivore sur le défi, allez donc lire ce qu’en dit Mariane, des Trappeuses! Elle résume très bien mon impression quand je suis devenue végétarienne.

Globalement, je pense rester non pas 100% végétalienne (du moins pas tout de suite), mais tout de même diminuer encore davantage ma consommation de produits animaux. Il faut tout de même que je finisse ce que j’ai déjà à la maison. Ce que je ne me pense pas pour l’instant capable de m’en passer : le miel et le pollen d’abeille. Quant aux produits laitiers et aux œufs, c’est surtout pour quand je mange à l’extérieur ou pour les produits préparés qui contiennent plusieurs ingrédients que je ne me restreindrai probablement pas. C’est ce que j’ai trouvé le plus difficile du défi : manger ailleurs que chez moi, sans lunch. En étant végétarienne, c’est facile, mais en étant végétalienne, ça se complique pas mal! MAIS à la maison : il est tellement plus facile que vous le pensez de végétaliser vos repas! Par contre, si vous pensez sérieusement à choisir un régime végétalien, informez-vous bien pour vous assurer de ne manquer d’aucun nutriment.

Bol et sauce fruitée (3)Sur ce, je vous incite fortement à essayer le prochain défi qu’organisera le Festival végane de Montréal, et je vous laisse sur cette recette passe-partout très répandue dans le « monde végé », mais que je n’ai appris à apprécier que dernièrement : le bol. Il suffit en gros d’y mettre des grains entiers, une source de protéine et les légumes que vous trouvez (dont des crus et de la verdure), et d’arroser le tout d’une sauce maison. Le plus célèbre est sans contredit le bol dragon du restaurant montréalais Aux Vivres, dont vous pouvez trouver la recette de la fameuse sauce ici, sur le blogue Vert et fruité.

Je pense faire une série « bols » dans les prochaines semaines et prochains mois, avec des inspirations de plusieurs coins du monde! Stay tuned, comme on dit!

Bol et sauce fruitée (5)Bol « toutc’qui » et sauce canneberges-gingembre
Donne 1 bol

¼ tasse de quinoa, cuit dans ½ tasse d’eau
1 petite carotte, râpée ou passée dans le spiralizer
¼ de poivron rouge, tranché en fines lanières
1 poignée de luzerne
1 poignée de bébé épinards
¼ tasse de bulbe de fenouil, grossièrement haché
½ tasse de haricots blancs Navy cuits
Sel et poivre
Huile d’olive
Zeste de citron (facultatif)
Cumin (facultatif)
Persil séché (facultatif)

 Sauce
¼ tasse de canneberges fraîches ou décongelées
¼ d’une grosse pomme ou ½ d’une petite, pelée et coupée en morceaux
1 c. à thé de gingembre frais, râpé
1 c. à soupe d’huile d’olive
1 c. à thé de vinaigre de cidre de pomme
1 c. à thé de sauce tamari ou sauce soya
1½ c. à thé de sirop d’érable
1 c. à soupe d’eau
Sel et poivre

Instructions
Pendant que votre quinoa cuit, préparez la sauce. Il suffit de mettre tous les ingrédients au mélangeur et de broyer jusqu’à ce que la consistance soit lisse.
Ensuite, dans une poêle, faites chauffer un filet d’huile d’olive à feu mi-vif. Faites-y revenir le fenouil et les haricots blancs jusqu’à ce que le tout soit bien chaud et que le fenouil commence à dorer. Salez, poivrez et ajoutez un peu de persil séché (ou frais) si vous le désirez.
À la fin de la cuisson de votre quinoa, salez, poivrez et – toujours si vous le désirez – ajoutez une bonne pincée de cumin et un peu de zeste de citron. Placez le quinoa au fond d’un grand bol, puis placez les autres ingrédients par-dessus, en sections : les haricots avec le fenouil, les lanières de poivron, la carotte râpée, les épinards et la luzerne. Versez la sauce avant de servir, et mélangez les différents ingrédients en mangeant.Bol et sauce fruitée (6)

Partagez!

7 réflexions au sujet de « Le défi végane + un bol »

  1. Je n’ai pas fait le défi puisque je suis déjà végétalienne depuis plus d’un an, mais j’ai eu envie de m’y inscrire pour les idées de recettes! Je commence à tourner un peu en rond, alors l’idée d’une série d’articles sur les bols m’intéresse beaucoup! 🙂

  2. Wow, félicitation pour avoir relevé le défi! Étant végétarienne depuis plus de deux ans maintenant je trouve toujours aussi difficile de manger à l’extérieur… Surtout pour le souper, ça fini toujours par des pâtes et des champignons!

    Enfin, je viens parfois pour m’inspirer…ton blog est très intéressant!

    • Merci Isabelle!! Moi je viens de découvrir votre côté « Urbainberlus » avec le relooking de votre site! J’aime beaucoup, c’est super inspirant!

      En effet, c’est pas toujours facile de manger à l’extérieur. Mais pour la bouffe végétalienne, ça devient (presque) mission impossible à Québec (on ne parlera pas des chanceux Montréalais). Il y a toujours les restos indiens et quelques autres asiatiques où c’est possible. Mais le végétarien, en général, j’arrive à assez bien manger. Il faut dire que je ne mange pas à l’extérieur souvent, et quand j’y vais je connais quand même quelques endroits intéressants. Si je ne me trompe pas, tu es à Québec non? Hormis les restos asiatiques et indiens et ceux qui sont carrément végétariens (Zen, Ôm Prana, etc.), il y a des options végés intéressantes à ces endroits : La souche microbrasserie, Le bureau de poste, Hosaka-ya Ramen (bon ok, c’est asiatique!), Le Triplex suspendu, Chez Victor, et depuis peu au Pavillon Desjardins de l’Université Laval haha! (pour vrai, leur menu est bien!)

      • Nous non plus on est pas si sorteux que ça! Mais je prend note de tes suggestions… Ça peut toujours être utile. Le seul où je suis allé (dans ta liste) est le Triplex suspendu. Merci 🙂

  3. Magnifique bol délicieux et nutritif! Il aurait même été possible de faire germer le quinoa pour faire encore plus nutritif! Je rafole du quinoa, pourquoi j’oublie toujours d’en faire et c’est tellement simple en plus. Et la sauce est vraiment originale. J’adore l’idée des bols et je fais une demande spécial d’un bol à saveurs thaïlandaises! Miam miam!

    • Haha c’est noté! J’ai déjà une bonne liste, mais comme j’aime bien la cuisine thaïe aussi, ça se pourrait que ça se rajoute…
      Moi aussi j’oublie souvent le quinoa. Pourtant, ça s’apprête bien avec plein d’ingrédients, et ça fournit à la fois des fibres et des protéines!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *