Virée bières à l’est

Virée bières à l'est (7)Après vous avoir parlé de ce qu’on peut boire pour se rafraîchir au sud, voici venu le temps de partir vers le soleil levant… Quelles découvertes brassicoles vous attendent si vous roulez vers l’est? De quoi vous faire passer par toute une gamme d’émotions…
En effet, l’est, c’est à la fois la direction de ma micro québécoise préférée et celle de ma plus grande déception. C’est surtout la direction des micros à propos desquelles je ne sais pas trop quoi penser.

Tout d’abord, à quelques minutes du centre-ville de Québec, vous pouvez faire un crochet par la Microbrasserie de l’Île d’Orléans. Voilà la première à propos de laquelle je suis ambivalente. Les bières que j’ai pu goûter étaient très bonnes… en bouteille. Malheureusement, en fût, elles sont toujours servies beaucoup trop froides, ce qui cache complètement leur goût. Je vous dirais donc d’y arrêter si vous êtes déjà sur l’Île, mais sinon achetez leurs bières en bouteilles. Elles en valent tout de même la peine. Essayez entre autres la Mgr d’Esgly, une stout classée dans les « grands crus » des bières québécoises. La Jean Dit Laforge, une stout choco-vanille, est également excellente.

Virée bières à l'est (6)

La Mgr d’Esgly à gauche, l’Abel Turcault à droite (scotch ale fumée). Micro de l’Île d’Orléans.

En continuant sur la rive nord du fleuve, vous arriverez à la Microbrasserie Charlevoix, dont les locaux sont situés à Baie-Saint-Paul. Je n’ai pas remarqué d’énorme différence entre leurs bières en bouteille et celles en fût, mais j’avoue ne pas y être allée très souvent. Dans tous les cas, leurs bières sont sans faute : que ce soit la gamme des Vache Folle, celle plus « classe » des Dominus Vobiscum ou n’importe quelle autreVirée bières à l'est (8), ce sont toujours des bières de qualité. J’aime beaucoup la Bootlegger (une brown ale) et la Grand-Fonds (une blonde), mais je crois qu’elles ne se trouvent qu’en fût, au Saint-Pub, sur la rue Racine (toujours à Baie-Saint-Paul). Les Dominus Vobiscum restent toutefois au top de mon classement. La Blanche est une légende, mais je lui préfère la Double, au goût épicé et soutenu. L’Hibernus se rapproche quant à elle d’un porto…

Si vous avez plutôt choisi de passer par la rive sud du fleuve, vous pourrez vous arrêter avant moi Aux Fous Brassant, à Rivière-du-Loup. C’est une nouvelle microbrasserie que je n’ai pas encore eu la chance de découvrir. En continuant beaucoup plus loin vers l’est, vous arriverez aux portes de la Gaspésie : le village de Sainte-Flavie. Pas de microbrasserie là-bas, mais une hydromellerie qui vaut le détour (Hydromellerie du Vieux-Moulin). Ensuite, vous pourrez découvrir les bières de Pit Caribou, à Percé. J’ai un peu honte de vous dire que je n’ai goûté qu’à deux de leurs bières, mais ça vaut la peine que je vous en parle, ne serait-ce que pour la Gaspésienne, une robust porter vraiment excellente.Virée bières à l'est (10)

Continuez votre périple autour de la péninsule gaspésienne jusqu’à Carleton-sur-Mer (vous pouvez aussi faire un arrêt à Bonaventure afin de descendre en canot ou en kayak la plus-que-limpide rivière… Bonaventure. C’est la rivière la plus limpide du Québec et l’une des dix plus limpides du monde.Virée bières à l'est (5)). À Carleton-sur-Mer se trouve la micro Le Naufrageur. C’est surtout à son propos que je suis ambivalente. La fois que j’y suis arrêtée, honnêtement, je n’ai aimé aucune des bières qu’il y avait dans mon plateau de dégustation. J’y ai même bu la plus mauvaise bière de ma vie : À la Bourdages, une bière aux fraises. Peut-être suis-je mal tombée. Toujours est-il que, depuis, j’ai bu d’autres bières du Naufrageur en bouteille, et je les ai quand même aimées. La Saint-Barnabé est bien honnête, entre autres. Dernièrement, j’ai aussi goûté à leurs Ales amérindiennes, que j’ai trouvé bien originales. La Double blanche à la tanaisie est excellente. L’IPA au thé du labrador, par contre, est vraiment très amère et astringente. Bref. Je suis toujours à essayer de me faire une idée sur Le Naufrageur. Je sais que c’est une microbrasserie qui a une bonne réputation et une grande variété de produits, mais je n’ai pas été conquise pour le moment. À vous de vous faire votre idée.Virée bières à l'est (9)

Finalement, je ne peux vous parler de l’est sans vous parler des perles que sont les Îles-de-la-Madeleine. À l’abri de la tempête, c’est la microbrasserie que je préfère. Malheureusement, leurs bouteilles coûtent assez cher, à cause du transport depuis les Îles, mais c’est toujours moins coûteux que de se rendre sur place. La scotch ale Corne de brume, l’une des meilleures au monde dans sa catégorie, a mon cœur pour toujours. Certaines de leurs bières ne se trouvent toutefois qu’aux Îles, car elles sont brassées spécialement pour des restaurants là-bas. C’est entre autres le cas de l’excellente Pas Perdus, servie au resto du même nom – qui vaut également le détour.
Et tant qu’à parler des Îles, je dois aussi vous glisser un mot sur Le Moussonneur, un torréfacteur qui transforme ses grains de café avec l’eau de mer et le vent salin! Une succursale du Moussonneur est ouverte à Rimouski depuis quelques temps, si vous voulez aller moins loin.Virée bières à l'est (2)

Et pourquoi pas le meilleur des deux mondes? La Palabre du Moussonneur est une stout d’À l’abri de la tempête faite avec du café du Moussonneur (et qui, accessoirement, titre 14% d’alcool)! Miam miam! D’ailleurs, toute la série des Palabres est à surveiller.
Sous mon radar actuellement : la Palabre Corne de glace, qui est la Corne de Brume, version bière de glace avec 14% d’alcool elle aussi. Elle vient d’arriver dans les dépanneurs spécialisés de Québec… Je vous en redonnerai des nouvelles si j’arrive à mettre la main dessus.Virée bières à l'est (3)

Partagez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *